Projets:Pagaie à un bras

From wikilab
Jump to: navigation, search

Description du projet

Après avoir longtemps cru qu'il était impossible de pagayer d'une seule main, j'ai pu, lors d'un raid, trouver une solution afin de ne pas laisser ma coéquipière propulser le kayak seule.

C'est après un premier essai laborieux qu'un objet efficace est né. J'ai pris conscience que cette pagaie pouvait servir à tous lorsqu'un concurrent d'une autre équipe, Didier, l'a utilisée sur 10 km. C'est alors devenu encore plus important pour moi de la faire évoluer. Si j'ai commencé seul, Décathlon Création s'est joint au projet. Nous l'avons transformée en un objet plus léger, maniable, sécurisé, moins coûteux et contraignant, rendant ainsi l'utilisateur plus autonome.

Et ce n'est pas terminé ! Je vous propose de donner un coup de pouce afin que cette pagaie passe de l'état de prototype à l'état de projet fini et puisse de cette façon être proposée à toute personne possédant des difficultés aux membres supérieurs.

Cahier des charges

Commençons par des petits rappels sur les caractéristiques d’une pagaie et son utilité...

Les pagaies sont composées de quatre parties :

  • La poignée : votre main supérieure se trouvera sur la poignée. Par exemple, si vous pagayez du côté droit du bateau, votre main gauche sera sur la poignée et votre main droite sera sur le manche.
  • Le manche : il est composé d'un bâton ou d'un tube et se révèle être la partie la plus importante de la pagaie. Placez votre main au milieu du manche. Si vous pagayez du côté droit du canoë, vous placerez votre main droite au milieu du manche et votre main gauche sur la poignée.
  • Le col : la partie reliant la pale au manche.
  • La pale : la partie large et plate se trouvant au bout de la pagaie. La pale permet de pousser l'eau pendant que vous pagayez et ainsi de faire avancer le bateau. D'ordinaire, il s'agit de la première chose venant à l'esprit des gens lorsque l'on parle de pagaie.

L’idée de pagayer seul ne semblait pas être possible avec le prototype actuel. Après avoir échangé avec des BE (brevet d’état) en canoë, il s’avère que le geste idéal, même avec deux bras, est de pagayer toujours du même côté, en utilisant la technique du col de cygne. Cela nous permet de soutenir que le projet pourra convenir même si l'on souhaite être seul sur l'embarcation.

Mouv av ar pagaie.png
Il est important d’avoir les notion de base en tête:
  • Posez une main sur la poignée située à une extrémité de la pagaie.
  • Avec l'autre main, attrapez le manche vers le milieu, au-dessus de la pale.
  • Tenez la pagaie au-dessus de l'eau afin que votre main supérieure soit au niveau de votre visage (pas de votre poitrine) et que votre bras le plus proche de l'eau soit tendu devant vous.
  • Faites entrer la totalité de la pale dans l'eau, en faisant en sorte que le manche soit à peu près perpendiculaire à la surface.
  • Tirez la pagaie vers vous dans l'eau, le long du bord du bateau.
  • Si la pagaie reste proche du côté de la coque, votre corps devrait pouvoir maintenir sa position verticale, sans avoir à pencher sur le côté.

Pour rectifier la direction du canoë, le pagayeur pourra utiliser la méthode du col de cygne qui consiste à faire pivoter la pagaie en fin de mouvement quand elle est encore dans l’eau et de l’écarter ou de l’approcher du bateau.

Col de cygne1.png Col de cygne2.png

D’autres techniques existent pour tourner, cependant elles nécessitent de changer la pagaie de côté, ce qui est trop contraignant pour le projet. Nous avons passé beaucoup de temps avec Decathlon pour arriver à un résultat assez moyen. Voir la vidéo : https://drive.google.com/open?id=0B6H2Gttl9ECjaHRYa2JsM0ZHVjA

A ce jour, nous n’avons pas trouvé la façon idéale de fixer le système sur le corps. Les contraintes sont donc les suivantes :

  • Facile à mettre et à défaire avec un seul bras
  • Pouvoir rester torse nu avec le système
  • Mais aussi également habillé ou avec un gilet
  • Pouvoir se baigner avec
  • Être facilement transportable (léger, peu encombrant)
  • Être esthétique et fun
  • Permettre l’utilisation des deux côtés du bateau

Une fixation sur l’épaule permet d’être à hauteur de tête et en appui mais ne permet pas de changer de côté sans démontage. A noter que le changement de côté n’est pas indispensable en action.

Une fixation sur le thorax permet de mettre le système à droite ou à gauche facilement mais a pour inconvénients de ne pas être à hauteur de tête et ne pas avoir la barre en appui, ce qui fait perdre de la puissance.

La pale peut être améliorée avec un mini flotteur afin d'éviter de la porter en permanence et soulager l’unique bras sollicité. L’idée est également de pouvoir adapter n’importe quelle pagaie, de manière à en éviter le rachat à cause d'une incompatibilité.

Images des différentes versions

Analyse de l'existant

Aujourd’hui, la système est fonctionnel et se compose des éléments suivants :

  • Le harnais : il permet de maintenir le départ du système (barre de renvoi d’un point fixe hors du bateau) au corps. Il comprend une rotule pour que la barre soit libre autour du point d’attache. Cela permettra de faire passer la pagaie de l’intérieur à l’extérieur du bateau et d'enfoncer ou de sortir la pale de l’eau.
  • Le renvoi : la barre partant du corps (épaule ou thorax) et allant à l’extérieur du bateau dans le prolongement de la coque, à hauteur de tête. Chaque extrémité du renvoi est sur rotule.
  • La poignée : elle est représentée par le point fixe au bout du renvoi.
  • Le manche : il est composé d'un double tube permettant de tourner la pale à 90° afin d'effectuer le col de cygne. Il est rattaché à la poignée par une rotule.
  • Le col : la partie reliant la pale au manche.
  • La pale : la partie large et plate se trouvant au bout de la pagaie.

Equipe

Matériel nécessaire

En fonction de chaque partie du système, voici le matériel potentiellement utilisable :

  • Le harnais, n'en ayant pas trouvé d'idéal déjà tout fait :
    • Du néoprène pur élasticité (peut aller dans l'eau, léger, possible d'y coudre le support de rotule)
    • Sangles d’attache
    • Une rotule type pied de mat
    • Une attache pour le renvoi (tube plastique en impression 3D avec des diamètres permettant d’emboiter le renvoi dans la rotule)
  • Le renvoi :
    • Une barre la plus légère possible
    • Une rotule à l’extrémité
    • Une attache pour le manche

Une chaussette de caoutchouc permet de faire office de rotule et d’attache. Cependant, le caoutchouc s'use en frottant contre le manche et le renvoi.

Poignet point virtuel.jpg

  • La poignée : il s'agit juste d'un point virtuel.
  • Le manche :
    • Deux tubes de diamètres différents qui s’emboitent et tournent l’un sur l’autre.
    • Un ressort pour permettre d'étirer le manche (actuellement un élastique est situé dans la partie creuse du gros tube et rattaché au petit tube).
  • Le col et la pale : a récupérer sur une pagaie déjà existante.

Outils nécessaires

  • 1 perceuse
  • 1 rotule avec embout pour tube
  • 2 tubes de diamètres différents
  • 1 élastique
  • tissu néoprène
  • 1 gaine de caoutchouc
  • visserie


Outils.png

Coût