Projets:E.M.A

From wikilab
Jump to: navigation, search

Description du projet

(E.M.A. Electric Meibum Activator)

Qu’est-ce que la sécheresse oculaire ?

La sécheresse oculaire touche aujourd’hui des millions de personnes à travers le monde. Contrairement à ce que l’on pense, elle est rarement due à un manque de larmes. Dans 80 % des cas, elle résulte d’une évaporation trop rapide du liquide lacrymal. Les larmes sont un élément indispensable au maintien de la santé et de l’intégrité de l’œil, elles jouent un rôle de protection mécanique et immunitaire. Le liquide lacrymal est composé d’eau, de mucine et de lipides. Or, ces derniers font parfois défaut, ce qui explique que les larmes n’adhèrent pas assez à la surface oculaire et s’évaporent trop rapidement.

Meibomian-glands-.jpg
Dans certains cas, la sécheresse oculaire devient sévère. La cornée est alors touchée (inflammation, ulcération…). À terme, les nerfs sont hyper sensibilisés. L’individu souffre alors de terribles douleurs neuropathiques, d’une sensation de brûlure permanente, de photophobie et d’infections récurrentes. Ces patients sont extrêmement invalidés dans leur quotidien, beaucoup vivent reclus chez eux ou limitent leurs sorties. L’arsenal thérapeutique pour les soulager s’avère souvent inefficace. Aujourd’hui, même si l’on ne sait toujours pas guérir les patients, on comprend mieux les mécanismes de cette sécheresse dite « évaporative ». Les lipides, que l’on appelle « le meibum », sont sécrétés par de minuscules glandes situées de part et d’autre des paupières que l’on appelle « glandes de meibomius ». Parfois, pour diverses raisons qui ne sont pas toujours identifiées, ces glandes se bouchent et à terme, elles peuvent finir par s’atrophier voire disparaître. On conseille alors aux patients de chauffer les paupières à l’aide d’un gant d’eau chaude, de compresses ou d’un masque chauffant puis d’effectuer un massage, le but étant de liquéfier le meibum et de le faire sortir des glandes.

Problème : on chauffe le dessus de la paupière, or il est démontré qu’en chauffant par l'extérieur, la température interne des glandes varie peu, au mieux fait-on fondre le meibum durci en surface et les croûtes à la base des cils.


Une nouvelle approche

Un dispositif innovant a fait son apparition il y a quelques années. Le dispositif LIPIFLOW® permet de chauffer sous la paupière par l’insertion, sur l'oeil, d’une coque reliée à un dispositif électrique. En même temps, des coussinets viennent effectuer un massage doux des paupières.

Problèmes :

  • Le coût de ce dispositif est d’environ 1000€ la séance, ce qui est totalement hors de prix pour des malades chroniques qui devront refaire plusieurs séances tout au long de leur vie (pas de prise en charge par la Sécurité Sociale).
  • L’appareil est imposant et lourd, notamment l’ordinateur de contrôle. La machine est très onéreuse à l’achat (+ de 40 000€) ainsi qu’à la location. De plus, des consommables stériles sont à racheter régulièrement (les coques chauffantes sont jetées après usage), il faut ainsi compter environ 175€ pour la paire de coques. Tout ceci conduit évidemment à la rareté du dispositif sur le territoire national : très peu d’hôpitaux et encore moins de praticiens libéraux s’équipent. Le patient doit donc effectuer d’importants trajets pour recevoir le traitement, là encore à ses frais.

Le projet

Notre projet consiste à étudier ce dispositif grâce aux données disponibles en ligne. Il s’agit d’un projet de recherche ayant pour but établir s’il est possible de réaliser un prototype à moindre coût, transportable, effectuant les mêmes actions et dans les mêmes conditions de sécurité. Imaginer une solution permettant aux patients d’effectuer le traitement à domicile, après éducation thérapeutique en cabinet : un ophtalmologiste enseignerait au patient la pose de la coque de la même façon que l’on enseigne la pose d’une lentille sclérale. On pourrait alors raisonnablement concevoir qu’un patient soit capable de se traiter lui-même, un œil après l’autre.

Cahier des charges

  • Réaliser un prototype à faible coût
  • Réaliser un prototype transportable et peu encombrant
  • Assurer une température constante
  • Être capable de contrôler la température en permanence et arrêter le système en cas de surchauffe
  • Être capable d’effectuer un massage contrôlé et non agressif à l’aide d’un dispositif de type pompe à pression
  • Pouvoir programmer une session

Analyse de l'existant

Credit photo : dryeyes-store.com
Une coque chauffante est placée sur l’œil après instillation d’un collyre anesthésiant. Celle-ci prend appui sur la sclère, la cornée ne subit donc pas de pression. De plus, la face interne est polie.

La coque ressemble à une lentille scérale et sa taille est standardisée. Elle est reliée par des fils électriques vers un dispositif de chauffage et un ordinateur de contrôle. Ainsi, grâce à des capteurs, la température est contrôlée tout au long de la séance. Elle est constante et ne dépasse pas 39.5°C, les études montrant qu’il n’y a pas de danger pour la cornée jusqu’à 42°C. Des coussinets passent par-dessus les paupières pour venir effectuer des massages doux, plutôt séquencés que constants, grâce à une pompe à pression. Une séance dure 12 minutes.


Lien : LipiFlow Thermal Pulsation System

Equipe

  • Camille
  • Christian
  • Jeff
  • Guillaume

Matériel nécessaire

Outils nécessaires

Coût